Main Page Sitemap

Bordel synonyme argot




bordel synonyme argot

Trois pas Et, tous, nous avons mis ta Bastille en poussière (Rimbaud, Poés., 1871,.
maintes fois proférée, pourrait d'ailleurs être une confirmation de cette hypothèse, cette virilité retrouvée permettant effectivement d'aller fréquenter avec efficacité un tel lieu de débauche.1278 terme d'injure à l'adresse d'une femme débauchée dame putain, Orde ribaude (Sarrazin, Hem,.Maintenant que le service militaire obligatoire n'existe plus, les jeunes Français ne peuvent plus connaître la joie des travaux de nettoyage des toilettes, de balayage des couloirs ou de peinture des bordures de trottoirs.Aller-retour masculin : paire de gifles.Comportement qui traduit une mentalité vénale, par l'absence de sens moral.V 1 (vieilli) flanquer, envoyer, jeter 2 (vieilli) se fourrer, se nicher (vieilli) mettre 4 prostituerade hägersten éjaculer (vieilli) décharger (vieilli) jaillir (vieilli) juter (vieilli) éjecter interj diable, fichtre, bougre, bigre, fouchtra nm 6 sperme, graine, semence interj (vieilli) diable (vieilli) bigre (vieilli) .Tu tes fait taper!Italie it Il congedo La libération Pays-Bas nl Uit de lik (argot) komen.À larrache : mal organisé, bâclé, ou fait à la va vite, au dernier moment (ex : faire quelque chose à l'arrache).Il pourrait aussi y avoir un lien avec l'argotique 'quille' qui désigne aussi une bouteille une quille de roteux le genre de récipient que le libéré va enfin s'empresser de vider avec joie une fois son paquetage rendu.De prostitution, putanisme ( infra dér.), putasserie.Cas régime en -ain (v.Merci de ne pas définir un mot dargot par un autre mot dargot.Sauter à la navigation, sauter à la recherche, argot français : Langage courant (non officiel utilisant un lexique dérivé du français et des locutions imagées.En manière d'injure J'ai entendu une poissarde dire à son fils: Petit polisson!À l'époque où cette locution est apparue, en 1936, il était courant pour la hiérarchie militaire, paraît-il, de tenter de limiter les ardeurs sexuelles des jeunes et bouillants appelés en mêlant à leur alimentation du bromure de potassium, produit anaphrodisiaque par excellence.On dispose bien de quelques hypothèses, émises par d'éminents lexicographes ou d'anonymes individus, dont certaines un peu loufoques, mais il n'y a aucune certitude.C'eût été une insolence gratuite, qui n'est pas du reste dans ses allures; c'est un gros bonhomme fort pacifique et très putain (Flaub., Corresp., 1853,.Il est alors aisé d'imaginer comparer ces bâtons, droits comme des I et placés côte à côte, à des quilles qui sont éliminées une par une, jusqu'à ce que la dernière, LA quille subisse enfin le même sort.


[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap